Premiers essais

Les informations que nous proposons sur cette page sont importantes et résultent de plus de 15 ans d’expérience dans le domaine de l’impression lenticulaire. Nous ne pensons pas que vour trouverez ces conseils ailleurs…

Avant de commencer à imprimer en offset sur nos réseaux lenticulaires, nous recommandons de réaliser des premiers tests avec des feuilles « non lenticulaires » en PET ou PETG transparent. Ces feuilles (plus économiques) permettront à l’imprimeur de tester en premier lieu l’adhérence des encres, mais elles pourront aussi servir plus tard pour le calage.

IMPORTANT : l’impression lenticulaire exige une haute linéature (environ 400 LPI) ; vous devrez donc créer une courbe d’exposition spécifique pour obtenir des résultats optima. Nous recommendons également de créer une courbe d’engraissement en haute résolution.

Le choix des encres dépendra évidemment du système de séchage utilisé. Les encres UV seront utilisées lorsque l’on est équipé d’un sécheur UV, ce qui est la meilleure méthode pour l’impression lenticulaire (et plastique). Vous trouverez les fournisseurs d’encres et d’additifs pour l’imprimerie et bien d’autres adresses utiles sur notre page de liens.

printing first tests on an offset press

En ce qui concerne les blanchets, l’impression lenticulaire nécessite l’utilisation de blanchets durs non compressibles (pour les fournisseurs, voir notre page de liens).

Vous trouverez les caractéristiques de nos produits lenticulaires sur cette page.

On débute souvent avec des feuilles en 75 LPI = lenticules par pouce. Nous le proposons en petites quantités, vous pouvez également commander une palette. Nous savons par expérience que c’est ce qui conviendra le mieux aux premiers tests lenticulaires. Nous vous proposons de commencer avec des fichiers tests, que vous pouvez télécharger de notre serveur.

Ceux-ci vous permettront de gagner de l’expérience.

lenticulaire -test de pression Copyright DPL

Le premier test, dit « de pression », permet de comprendre les particularités de l’impression sur support lenticulaire (impression d’une image inversée sur une surface qui a un effet de loupe) et, surtout de bien maîtriser la pression.

Le second test sera le « pitch test », aussi appelé test de calibration (cf. procédé prépresse).

pitch test plate in the offset press ©DP Lenticular

A la suite de ces premiers essais qui permettent de comprendre comment imprimer sur ce support spécial, mais également d’écarter tout problème de machine, nous pouvons vous proposer notre formation.

Notre programme de formation commence par le prépresse : comment préparer les fichiers, comment entrelacer dans Photoshop (il est préférable de commencer manuellement afin de comprendre les bases), présentation des différents logiciels lenticulaires disponibles, … Il se termine par l’impression des premières images.

Détail du programme :

  • théorie des différents types d’effets lenticulaires
  • flip, 3D, Morph, zoom, etc.
  • explication complète des techniques de prépresse lenticulaire
  • entrelaçage dans Photoshop
  • explication sur les linéatures et les angles de trames
  • pratique et exécution au niveau du flux de travail et du RIP
  • théorie de la méthodologie d’imposition
  • pratique des effets et de la création d’images
  • pratique de l’imposition et tirage sur la presse

Nous travaillons avec des spécialistes du lenticulaire. En France, notre partenaire Henri Clément est agréé dans le cadre de la formation professionnelle. La formation dure le plus souvent 2 jours. Nous savons par expérience que l’imprimeur pourra présenter de bonnes réalisations à ses clients après ces deux journées de formation.

N’hésitez pas à nous contacter si vous désirez en savoir plus.

  • Archives

  •  

    dredd Nixdorf Pringles home_rescue_72_lpi Mousepad_Renagel Socrates